Sur le principe d’une prise de photo, le visiteur est invité à se « mettre en scene » devant le dispositf et a presser un bouton lorsqu’il est prêt. Cependant, plutot que d’afficher une simple photo, l’installation va utiliser des algorythmes complexes de traitement de l’image, pour en donner une version modifiée.

Le processus d’analyse, itérative, de l’image et le fonctionnement de l’algorythme se déroule sous les yeux du visiteurs, qui voit progressivement son auto-portrait apparaître sous une forme qui pourrait rappeller un travail crayonné, d’esquisse.

Le processus se basant sur une analyses de contours des formes composant l’image, ainsi que les applats de couleurs, le résultat est parfois étonnant, toujours un peu dérangeant… mais a chaque fois unique et esthetique : une hybridation entre photo, dessin et video.

Ce projet a été présenté pour la première fois lors de l'inauguration de la taverne Gutenberg




Il faut beaucoup de chaos en soi
pour accoucher d'une étoile qui danse.

F. Nietzsche.